Il n’y avait que 5 VTTistes ce matin qui n’avaient pas trouvé d’excuse valable pour éviter l’habituelle sortie dominicale et rester chaudement à la maison : Fabien, Christian, Jean-Michel, Patrick et Sébastien.

Départ habituel
Départ habituel..

Il faut dire qu’après les averses de neiges de la veille, la perspective d’arpenter des sentiers boueux sous le froid n’enchantait pas grand monde. C’est donc à 9h que ce petit monde s’est réuni à l’endroit habituel pour partir du coté de Dourdan, en espérant échapper à la boue…

Patrick qui avait les jambes en feu avait décidé de mener tout ce petit groupe à un train d’enfer. Après avoir traversé une partie de la forêt du Bréau, nous sommes arrivé à proximité de l’autoroute que nous avons longé en direction de Bordeaux jusqu’à Ponthévrard, avant de traverser la Gironde ( ce n’est pas une blague).

Les sentiers étaient relativement roulants, et nous avons donc continué dans la forêt de St Arnoult en direction Dourdan, en enchainant les quelques cotes que le chemin longeant Denisy et St Mesme nous offrait pour se mettre en jambes.

L’équipe moins le photographe et un retardataire au fond…
Le photographe officiel de la sortie qui s’entraine à cadrer le retardataire

Arrivés sur Dourdan, nous avons décidé de nous lancer dans la petite côte qui se trouve derrière l’Ehpad, et cette dernière à tellement plu à Patrick qu’il nous l’a fait refaire une deuxième fois en prétextant s’être trompé de chemin .

Après une petite erreur de routage , nous avons ensuite décidé de nous rapprocher de Rochefort, en expérimentant un chemin que nous ne connaissions pas ( vérifié après coup, il s’appelle le chemin de l’épine blanche), ce qui nous a laissé la possibilité de longer une propriété agricole et surtout d’expérimenter le franchissement de clôtures électriques pour chevaux.

Arrivés à proximité de l’autoroute, nous l’avons longé par le chemin habituel qui nous permet de passer par en dessous, direction de la Bâte, puis Rochefort et Saint Arnoult par la voie verte.

Au final, un temps plutôt clément qui s’il ne nous a pas permis d’éviter la boue, nous à offert une belle luminosité pour profiter des derniers paysages enneigés de la veille, tout en atteignant l’objectif de bien se faire chauffer les cuisses sur 35 km de distance avec 450 de D+.

Zoom sur ce qu’on avait sous les roues