Les prévisions météo étaient très défavorables, et les défections s’accumulaient depuis la veille. Malgré cela 8 membres courageux se sont présentés : Sylvain, Christian, Fabien, Lætitia, Patrick, Félix, Sébastien et Jean-Baptiste.

Fabien était au taquet, voyant les renoncements il a craint de devoir rester chez lui alors qu’il avait tout bien préparé son mulet :

Le temps n’était pas terrible, il faut bien l’avouer, mais il n’y avait qu’une petite bruine éparse au départ alors nous sommes partis par Sonchamp. Le froid n’était pas encore assez important pour que nous nous en plaignions, et certains étaient même en court! Une fois l’école Lenôtre atteinte nous avons fait une petite pause, que Lætitia a mise à profit pour faire un petit strip-tease :

Le terrain était humide mais pas franchement boueux. Ça glissait un peu tout de même et il y avait bien longtemps que cela ne nous était pas arrivé. Les étangs sont toujours à sec, il faudra quelques jours de pluie avant qu’ils ne se remplissent à nouveau. On a tourné un peu dans les bois de Pinceloup, jusqu’à rejoindre l’ancien chemin de Saint-Arnoult par quelques détours. Là, Jean-Baptiste a crevé. Il a enlevé un gros bout de bois planté dans le pneu, lequel s’est mis à fuiter sévèrement. Le préventif a fait son effet à basse pression, quelques centaines de mètres après il a remis de la pression sous le regard du reste de la troupe :

Le pneu a tenu toute la traversée des bois vers le parc animalier de Rambouillet. Mais après avoir pris quelques passages délicats, il a encore montré quelques signes de faiblesse : et hop encore un petit arrêt pour regonflage sous les yeux et quolibets (+10 pts pour usage de terme désuet) de ses camarades. Et tous à donner de bons conseils de gonflage : vas-y, encore, t’inquiètes, plus fort, c’est bon… Que des spécialistes! Pfffff… Quoiqu’il en soit, le pneu a ensuite tenu tout le reste de la sortie, vive le préventif! Pour les curieux cette fois j’ai utilisé du préventif Slime pour moto. Nickel! Bon on verra dans la semaine si la bande de roulement n’a pas trop trop souffert…

On a ensuite serpenté par le GR1 encore assez praticable pour rejoindre le Grand Veneur qu’on a pris jusqu’à la route de Beauregard afin de profiter des singles sous le château de Montjoie. Là Lætitia en avait plein les pattes mais elle a assuré dans les traces dont celle qui passe par les petites mares habituellement pleines de crapauds. Les fougères étaient encore bien grandes mais le passage était facile, il a dû y avoir du passage ces derniers temps. Sur la Claye on a pris la sente des Mulets afin de se faire plaisir. Le temps ayant découragé tout le monde, nous n’avons croisé quasiment personne : 1/2 vttiste, 1 runner et 1/2 promeneur; du coup on pouvait rouler sans crainte! Et comme d’hab. pour finir : retour par le GR et la butte de Ravanne.

Finalement, nous n’avons pas été mouillés, la pluie nous a épargnés jusqu’au bout et nous avons terminé avec 34km/270D+. Assez peu de dénivelé mais le terrain collait un peu ce qui fait bien travailler les cuisses aussi.