La météo était annoncée comme très défavorable, la nuit avait apporté sa contribution par dégringolades successives, mais au petit matin les choses étaient relativement calmes. Une très très fine bruine s’était installée qui est restée toute la matinée. Il y eu quelques renoncements de dernière minute mais ce sont tout de même 7 cyclistes bien couverts qui se sont retrouvés : Sylvain, Félix, Stéphane, ePatrice (dit le tronçonneur des Lilas), Dany, Lionel et Jean-Baptiste. Comme d’habitude la joie était là. La troupe est partie par le GR pour filer dans les bois de Rochefort, Lionel, Stéphane et Jean-Baptiste avaient quelques singles sous le coude à faire découvrir. Comme le temps était au beau fixe ils se sont dit qu’une photo au point de vue sur la butte des Voies Blanches serait une excellente idée :

Ensuite le concours du «mon single est plus mieux que le tien» a démarré. Le premier part du haut des Voies Blanches pour descendre jusqu’à la voie Royale en croisant la «monotrace de la baignoire». Stéphane en avait évoqué l’existence à Jean-Baptiste qui pensait l’avoir découvert tout seul (mytho!). La trace est très jolie, elle serpente parmi les pins plus ou moins serrés. En cette saison et par ce temps détrempé c’était un peu limite pour s’y engager trop durement; mais l’expérience sera sans nul doute répétée. Ensuite, c’est la trace de Lionel qui part aussi du haut des Voies Blanches (au-dessus de la «baignoire») pour redescendre sur la route Royale qui a vu passer l’équipée. Cette trace avait déjà été empruntée quelques fois par le groupe. Puis c’est Stéphane qui repris la main pour nous refaire à nouveau grimper sur les Voies Blanches, prendre vers la Justice et emprunter une trace descendante avec de beaux creux-et-bosses. Une fois toutes ces montées et descentes avalées à un rythme assez soutenu, il a été décidé de filer faire moins cassant du côté de Rochefort. C’est par l’ancienne départementale qui subsiste encore dans les Grands Chaillots que le parcours a continué, tout en faisant une petite pause restauration :

Arrivés sur les Morigons, le groupe s’est scindé en deux : Dany est rentrée avec ePatrice et le reste est parti se faire un peu plus mal aux pattes.

ePatrice et Dany sont rentrés par Morsang puis Bouc-Étourdi, pour finir avec environ 25km/300D+ (estimation maison, le GPS de Dany n’était même pas chargé).

Aux Morigons, un sous-groupe de 3 a grimpé pour redescendre à fond la caisse sur la petite descente qui serpente le long du chemin des affûts :

YouHou…

Ils sont ensuite partis vers Angervilliers faire un peu descentes dans la sablière et tenter de grimper des petites côtes infernales ensablées et couvertes de feuilles glissantes (le tout avec assez peu de succès). Le retour s’est fait par Morsang puis Montvallé et au lieu de prendre par Bouc-Étourdi c’est par la ferme en face qu’ils prirent pour rejoindre l’Ariscotel sur Dourdan. Bien que la boue fût présente toute la matinée, l’état du chemin des Brosses leur a bien fait mal aux cuisses. Le chemin était défoncé par le passage d’un véhicule, de chevaux et par la pluie de la nuit :

Le retour s’est fait par le GR dans les bois de Dourdan pour filer tout droit jusqu’à la Mare Double. Une fois dans les bois sur Saint-Arnoult, Stéphane est remonté pour faire quelques bosses, celles remises en état ces derniers mois par les jeunes du coin. Nous l’avons perdu à cet endroit, espérons qu’il ne ce soit pas fait de bosses lui-même!

Au final, ils avaient 35km/420D+ au compteur, l’essentiel ayant été fait dans les 15 premiers kilomètres…