À 7h45 (enfin presque) Lionel, Ludovic, Quentin et Jean-Baptiste prirent le départ de la place Jean Moulin afin de rejoindre Rambouillet. Il faisait un poil frisquet et les tenues bras-nus étaient pour le moins minimales. Mais l’allure engagée pour filer sur Rambouillet était telle que la froidure n’a pas provoqué d’engelures… 45 minutes et 13km plus tard, l’échauffement s’arrêta. Les gaillards croisèrent les routards de l’USSA et taillèrent une petite bavette. Aux inscriptions il y avait déjà les autres équipages, Hélène K. et Stéphane qui avaient naturellement co-voituré, Christine et Dany qui elles avaient aussi partagé une voiture et Muriel et Patrick venus dans le carrosse présidentiel. Chacun improvisa une petite discussion avant le départ afin de bien chauffer les langues :

Et blabla, et blibli, et patati…

et bloblo, et blublu et patatu…

Donc d’un côté, Quentin, Lionel, Ludovic, Stéphane et Jean-Baptiste s’engagèrent sur le 55km et Muriel, Christine, Hélène, Patrick et Dany sur le 42km. Les deux groupes n’ont pas eu le plaisir de se croiser sur les chemins mais à l’arrivée seulement.

Le groupe «Charlie’s Angels» a bien pédalé. Le 42km passait par le Perray-en-Yvelines, le long du parc du Château de Rambouillet, derrière Poigny-la-forêt puis retour par le Perray-en-Yvelines. Il semble (d’après mes informations) que tout se soit parfaitement déroulé. Tout le monde a bien roulé dans les bois qui sont magnifiques en cette saison :

Patoche «Charlie» et ses 4 drôles de dames (il en change chaque semaine et elles sont plus nombreuses chaque fois)

L’autre groupe s’est lui lancé à vive allure sur le 55km. Bon, Lionel et Quentin étaient toujours ceux de tête mais enfin personne n’a démérité du moins en première partie. Nous avons partagé le début du parcours avec le 42km et sur Poigny nous avons bifurqué pour nous engager vers Saint-léger-en-Yvelines afin d’en faire le tour. Cette partie était très jolie avec de charmants singles dans la bruyère fleurie ou les fougères serrées qui ne laissait le chemin se découvrir qu’en avançant. Les cuisses de Jean-Baptiste ont commencé à durcir sérieusement en seconde partie mais une bonne hydratation a permis de récupérer un peu plus tard des performances raisonnables. Stéphane et Ludovic aussi commençaient à peiner un poil. Lionel et Quentin sont donc partis sans se retourner et nous ne les avons revus (presque) qu’à la fin. Le second ravito était à l’étang de Saint-Léger, un endroit très bucolique et campagnard.

Goinfre-mi et goinfre-moi sont au ravito…

Jamais je ne me séparerai de mon goodie MBRace… En j’en suis fier!

Bien que la suite ne présentait pas de difficulté, le kilométrage commençait à piquer les jambes bien sérieusement. Au retour du Perray ce fut chacun pour soi histoire de gérer sa souffrance comme il se devait sans trop pénaliser les autres. Finalement les trois derniers sont arrivés presque en même temps au gré des errements du fléchage retour dans Rambouillet. À l’arrivée tout le monde était là, les premiers à attendre les derniers, toujours cette franche camaraderie qui prédomine… Nous avons alors mangé notre petit sandwich et bu une bonne bière (pour les amateurs les autres prirent du coca ou un truc du genre). Nous avons alors passé un peu de temps à rigoler pour changer des habitudes.

Not’ bon président est arrivé à bon port

On a toujours un truc intéressant à dire

Le second groupe, hormis Stéphane qui avait intelligemment évité l’aller-retour depuis Saint-Arnoult, avait donc déjà 70km dans les cuissots et il fallu se faire à l’idée de repartir à froid. Aïe. M’enfin ils y arrivèrent tout de même; bien entendu Lionel et Quentin sans aucune difficulté, Ludovic et Jean-Baptiste plus difficilement. À l’arrivée le compteur marquait 84km/650D+, pas mal du tout (surtout pour moins de 5 heures de pédalage!).