Le beau temps était encore au rendez-vous de ce dimanche de fin février, certes il faisait encore bien frais et les doigts nous ont piqué un bon moment mais le soleil s’est vite levé et la chaleur s’est faite sentir sans tarder. Nous étions donc douze à l’arrêt de bus : Sébastien, Sylvain, Patrice, ePatrice, Christine, Dany, Béatrice, Maëlys, Jean-Michel, Lionel, Philippe P. et votre serviteur.

Nous sommes partis par le stade direction le golf de Rochefort où les chasseurs faisaient leurs œuvres et nous ont donc obligés à prendre par la route :

Les plus beaux du club sont là… (les moches sont en vacances ou absents)

Ensuite la bâte et le GR où nous avons tourné un long métrage en cinémascope (ceux qui pédalent moins bien ont été coupés au montage afin de préserver une certaine qualité – Spielberg si tu nous regarde…) :

Nous avons filé sous l’autoroute et le TGV pour prendre tout droit vers le Marais :

Le terrain était bien sec partout même si quelques flaques subsistaient ci et là. Nous avons donc bien avancé durant toute la sortie!

Arrivés au Marais nous avons pris sur la gauche pour monter sur le centre équestre des Bruyères puis reprendre direction la Fontaine aux Cossons. Nous étions dans une portion moins boisée et nous avons bien profité du soleil. Nous sommes repassés par-dessus les grandes voies de circulation pour retomber sur Launay-Maréchaux où nous avons aperçu de loin trois jolies biches. Plus loin dans les bois de Forges-les-Bains nous sommes encore tombés sur des chasseurs que nous avons contournés (d’où les biches perdues dans les champs).

Et là, c’est le drame! Voilà qu’en ce terrain moins connu nous avons perdu certains d’entre nous. Philippe, Christine, Patrice et ePatrice légèrement en arrière ont dû rater un croisement où sont tombés sur des extra-terrestres, personne ne le saura jamais. Nous avons donc, chaque groupe, tenté de nous retrouver les uns les autres, mais il faut croire que nous ne nous en sommes rendu compte que trop tard, car malgré le temps passé, Sébastien et Jean-Michel (les chasseurs) sont revenus bredouilles.

En attendant godot et godevin partis chercher les «perdus»

Entre temps, nous en avons profité pour dire des méchancetés sur les uns et les autres, j’ai d’ailleurs, grâce à mon mouchard obtenu auprès de mes contact à la NSA, pu récupérer une longue conversation bien édifiante! Pour des raisons évidentes de sécurité intérieure au club, j’ai coupé les morceaux les pires, (si vous voulez des noms, j’ai tout noté sur mon petit carnet noir) enfin bref :

Nous ne nous inquiétions qu’à moitié, car le téléphone ne sonnait pas et comme ils sont tous majeurs et vaccinés… Bref, au bout d’un moment assez long nous avons fini par nous contacter par téléphone et nous rassurer un peu. Le groupe des «perdus» est rentré par Briis-sous-Forges, Bonnelles puis la coulée verte.

Nous, nous avons continué pour reprendre par Bajolet où nous avons cru un instant récupérer Christine et Philippe qui barraient le chemin :

Naf-naf et Nouf-nouf en vadrouille

En fait, quelqu’un a fini par nous dire qu’il s’agissait d’animaux, nous avons donc repris tranquillement pour filer par les bois d’Angervilliers et finir par la portion prise à l’aller pour rejoindre la Bâte.

Au final les «perdus» ont fait environ 41km et les autres 37km/450D+ mais aussi une belle trace en forme de feuille d’arbre (sans doute une feuille de «vetetæ starus premium et un poil de rhum pour la 12») :