Malgré la sortie de la veille, il y avait quelques courageux en ce Dimanche matin : Dany, Jean-Michel, Béatrice, Martine, Patrice, Jonathan, Sylvain, Patrick, Muriel, Hélène K., Quentin, Philippe et Jean-Baptiste. Nous avons entr’aperçu Jean-François et Sébastien que nous avons salué un peu rapidement.

Les prévisions avaient annoncé de la pluie mais le temps était sec, même si le ciel était un peu noir. Il ne faisait pas froid et nous nous étions pourtant pas mal couverts. Après quelques indécisions nous sommes finalement partis ensemble pour rejoindre Dourdan et en se promettant de réexaminer  la situation plus loin. Après avoir un peu grimpé dans  les bois du Bréau, nous avons tourné dans les bois de Dourdan en essayant d’éviter la randonnée des Châtaignes.

Après quelques kilomètres et à plusieurs reprises il a fallu se dévêtir. C’est derrière Sainte-Mesme que nous avons finalement trouvé comment éviter la randonnée et jusqu’à la Belette nous avons roulé ensemble. Dany qui devait rentrer tôt a réussi à entraîner le reste des féminines avec elle. Elles ont bouclé 28km et paraît-il Béatrice et Martine qui n’en avait pas eu assez ont prolongé un peu du côté de Rochefort (la prochaine fois on va leur faire grimper quelques trucs qui devraient leur faire passer l’envie de prolonger, non mais!).

Le groupe des gars a alors pris vers l’Ouye, puis Marchais pour rejoindre Sermaise par les champs. On attendait les tirs des chasseurs puisque la saison est déjà entamée et on a donc évité de pénétrer dans les bois. Sur Sermaise nous avons croisé deux «routards» qui ont proposé de prendre le groupe en photo (merci à eux) :

Comme vous pouvez l’observer nous avons donc été à la messe à l’église de Sermaise (sympa l’office).  La Jonathan a commencé à sentir ses cuisses. Nous avons donc construit la route du retour en essayant de ne pas trop grimper. Ce qui fût à peu près réussi mais les grimpettes ont été remplacée par du roulage dans des champs, ce qui n’est pas franchement mieux. Enfin, on fait parfois ce qu’on peut. On a rejoint Beauvais par le haut et continué jusqu’à Vaubesnard. Le ciel menaçait à nouveau et nous avons vraiment craint de nous prendre une saucée qui n’est finalement jamais venue. Philippe qui était cuit est rentré par la départementale tandis que le reste de la troupe s’est engagé par les bois. Le tour a été pas mal sportif en particulier par le rythme; les cuisses de Jonathan devraient s’en souvenir au moins 24 heures; un jour il prendra sa revanche en nous mettant la pâtée dans les descentes. Bilan : nous avons roulé 40km et 450D+.