La météo n’annonçait rien de bon et au petit matin certains avaient été réveillés par la pluie… Au départ de 8h30, il ne pleuvait plus mais le ciel était bien chargé. Il y avait Félix, Dany, Béatrice, Stéphane, Jean-Michel, Vincent, Quentin et Jean-Baptiste. Les absents s’étaient excusés de différentes façons, mais aux moins deux avaient trouvé la belle excuse de la Coupe du monde du Rugby.

Le départ fut tranquille, Dany avait réclamé notre clémence après avoir pas mal tiré sur ses pattes la veille (course + vélo), ainsi que Béatrice que nous avons soupçonnée d’esprit de corps… Et hop! Nous voilà partis par l’Aleu et la folle entreprise. À partir de là, il nous a fallu surveiller Quentin, celui-ci, plutôt en très bonne forme, filait devant et n’entendant pas les consignes prenait systématiquement tout droit, il fallait le rappeler…

On a suivit la route du Nord alors qu’une fine bruine tombait. Sur la route qui mène au Château de Semont, Félix a eu la bonne idée de crever; il a entendu son tubeless se dégonfler et a vu son liquide sortir du pneu. Sur la petite route qui mène à Bouc Étourdi, nous avons attendu en espérant que la fuite se colmate avec le fluide anti-crevaison, mais visiblement le trou était trop grand pour que cela ne fonctionne bien ou alors le temps humide n’était pas propice à un séchage rapide du produit. Après quelques tentatives de regonflage, roulage léger, regonflage, etc, discussions et avis divers, Félix a alors décidé de faire appel à son Uber personnel (dont il ne nous a pas donné le numéro afin, sans doute, que nous ne tentions d’y faire appel pour nous-même). Un petit coup de fil à la maison et hop, un taxi lui était promis. Après d’assez longues minutes, et après l’avoir laissé au parking de la maison forestière, nous avons filé sur l’Ariscotel espérant que le taxi viendrait sans tarder. La pluie tombait alors plus fort et Béatrice s’est alors couverte à nouveau. On a contourné la grande Martine pour fondre sur le pont Rué à Saint-Cyr-sous-Dourdan. Ici encore nous étions à contresens de la Grangeoise, même si nous n’avons pas croisé grand monde (mauvais temps et grand parcours devaient en être les causes). On a monté la butte en suivant le GR puis la pluie s’étant encore renforcée nous avons décidé d’écourter un peu la sortie. On a rejoint les abords d’Angervilliers pour reprendre le chemin de Châtres afin de reprendre sous l’autoroute et le TGV. À la Bâte, Béatrice et Dany prirent en contournant le golf par le sud, le reste prenant dans les bois de Rochefort-en-Yvelines. Nous avons repris la voie verte par les singles alors que le temps de calmait sérieusement. Sur Saint-Arnoult, le soleil lui-même pointait son nez. Nous en profitèrent alors pour discuter en séchant et Béatrice revint de chez le boulanger pain dans sa besace.

Malgré la pluie ce fût une sympathique petite sortie : 30km/350D+. Espérons que Félix soit bien rentré sans trop salir le carrosse familial.

Ah, bien sur les mécaniques souffrirent un peu, les vitesses passant mal et nous étions bercés tout du long du doux bruit du sable dans les transmissions (ça faisait un moment qu’on ne l’avait pas vécu) :

Petite chose, Lætitia et Cécile étaient sur l’Odyssea… Elles ont terminé avec un bon temps, bravo!