Sous le soleil se sont retrouvés au rendez-vous du matin: Patrick, Martine, Cécile, Sébastien, Stéphane, Ludovic, Patrice, Dany, Jean-Baptiste, Quentin, Antoine, Lætitia, Philippe D.O., Christine, Hélène B., Vincent, Jean-Michel, soit 34 pattes à dérouiller, surtout sachant que certains étaient chargés de raclette et breuvages divers.

Le beau temps (plus magnifique que beau) était au rendez-vous ce qui a augmenté le plaisir! On a pu profiter des magnifiques sous-bois, des pâtures pleines de rosée… Le temps a attiré de nombreux promeneurs et VTTistes croisés tout au long de la mâtinée et un peu partout.

Deux équipes se sont constituées au départ puis trois puisque Lætitia et Philippe D.O. sont arrivés un poil en retard.

Les aventurier(e)s de l’Orge perdue (par Hélène B.)

« Le groupe «Marguerite» était ce matin composé de : Martine, Dany, Christine, Cécile, Stéphane et Hélène B.
Tout a commencé par un échec cuisant : la recherche des lunettes VTT d’Hélène, perdues la veille sur la voie verte. Nous appellerons ce détour initial « échauffement ». Sans perdre le nord et mené par un leadership bicéphale très efficace (Martine et Dany) le groupe s’est dirigé vers Dourdan à la recherche des sources de l’orge.

Faits marquants :

  • Cécile a passé avec succès son premier pont large d’un mètre.
  • Stéphane a sauté comme un cabri.
  • Dany  retrouvé son sens de l’orientation.
  • Christine a fait quelques acrobaties.
  • Martine a clairement assuré comme meneuse de groupe.
  • Hélène a squatté la place de bonne dernière du peloton.

Sur la dernière ligne droite, nous avons croisé un groupe de VTT-istes-goujeats qui nous ont gratifiés d’un très élégant «Hé, y’a de la gonzesse !». Au total, une trentaine de kilomètres dans la joie et la bonne humeur (et le souvenir de la raclette au fond de nos estomacs).

À la vue de la trace réalisée nous changeons donc de nom, plus de marguerite, mais une espèce d’éléphant aux grosses fesses (c’est quand même assez classe) :

Groupe 1

Le second groupe est parti par le stade municipal puis s’est coupé en deux avec Patrick, Lætitia puis Philippe D.O d’un côté le reste de l’autre. Ils ont tourné sur Longvilliers, Rochefort, les bois de Rochefort pour rejoindre Moutiers puis enfin le GR1. Là ils ont pris le single  le long de la Rabette, un petit bout de route puis un dernier tour dans le Saint-Benoit. 20km 190D+.

Groupe 3

Le dernier groupe est parti sur Longvilliers, la Bâte pour monter puis passer sous l’autoroute et le TGV avec Quentin qui économisait sa roue avant. Ensuite un beau tout droit dans les champs et les bois pour rejoindre le château du Marais, dans cette ligne nous avons croisé des VTTistes «en chaleur» (les mêmes que l’autre groupe ?) qui trouvaient que «ça manquait de féminines». On a alors fait une petit boucle-grimpette vers Saint-Maurice-Montcouronne pour finir par traverser la Rémarde qui mène son chemin par là, puis on a fait la boucle du magnifique château de Baville dont on a tous convenu qu’il ferait un parfait siège social pour le club, avec de quoi avoir des ateliers en pagaille pour traficoter nos montures. Il semble qu’il y ait suffisamment de pièces pour pouvoir faire la fête avec tout le monde sans se marcher sur les pieds (lieu de la prochaine raclette ?). On a donc profité du chemin qui contourne le domaine et qui était tapissé de feuilles dorées, d’arbres ensoleillés… Plein les mirettes! Ludovic m’a fait part de la beauté du lieu, tant mieux, je n’ai pas cherché ce coin pour rien!  Les traversées de Breux-Jouy et de la ligne du chemin de fer faites on a grimpé la côte casse-pattes vers Héliomonde. Le challenge était de ne pas poser de pied à terre sous peine de devoir faire le tour de leur piscine nu sur le vélo! Bon, on a les noms de ceux qui ont été punis mais puisqu’ils se sont dégonflés, on a repris sur la Petite Beauce, le Mesnil pour descendre à toute berzingue sur Sermaise. Là la fatigue c’est faite sentir plus particulièrement pour Patrice et Antoine qui n’avaient pas passé la distance depuis un moment. On a donc levé le pied pour reprendre le chemin de long de la ligne SNCF de Sermaise à Dourdan. On a terminé en remontant sur le plateau vers la Grande Martine et filé à plat à travers la forêt de Dourdan vers Saint-Arnoult où nous nous sommes quittés petit à petit. 47km 600D+ avec un bonus de 6km pour le courageux Vincent qui était bien en forme et dont c’était la plus grande distance parcourue avec nous, je pense.

La trace relive du groupe 3 : ici