Huit au départ, Rémy, Patrick, Sébastien, Hélène K., Stéphane, Jean-Baptiste, Dany et notre désormais benjamine Maëlys qui vient de rejoindre le club (bienvenue Maëlys!).

Nous étions pourtant prévenus que le temps ne serait pas au beau fixe. Le départ s’est donc effectué avec un petit crachin mais pas vraiment de froid. Après les bonjours de rigueur, nous sommes partis ensemble direction la Bâte par la voie verte :

C’était déjà humide, boueux voire détrempé. Une fois à la Bâte nous nous sommes coupés en deux : Patrick, Dany, Sébastien, Rémy, Maëlys d’un côté pour vadrouiller dans les bois d’Angervilliers et Hélène K., Stéphane et Jean-Baptiste pour rejoindre Bouc-Étourdi. En faisant quelques réglages, nous avons vu passer deux beaux cervidés.

Je suis plein de boue, Je suis trempé, J’ai froid, Mais je kiffe la life. (Me Pims)

Là, sans doute parce que nous avons été méchants un jour, les éléments se sont soudainement déchaînés, la pluie a commencé à tomber assez fortement, puis au passage de la ferme de Murus Sanctus un vent assez violent a soufflé et la pluie redoublé. Le vent de face, la boue, la pluie, etc, la progression était assez pénible. Une fois Morsang passée ce fût pire! Une rafale vraiment violente et une pluie infernale se sont mis d’accord pour nous faire regretter notre sortie! Nous avons dû nous abriter derrière quelques arbres en attendant que cela passe. C’est effectivement passé mais nous étions du coup bien refroidis. Le retour consista donc à pousser sur les pédales afin d’essayer de décoller les pneus de la boue collante. La pluie s’étant finalement arrêtée nous avons pu prendre un cliché à la sauvette (la bonne humeur apparente cache mal les épreuves passées):

Maëlys qui roule aussi le samedi a (paraît-il) un peu peiné sur la fin et Hélène K. a découvert que les conditions hivernales rendent l’effort doublement difficile. Le métier rentre!

Bon, au final les deux groupes ont réalisé à peu près le même parcours (le «club des cinq» a finalement coupé par la Bâte avant Morsang). Bilan 23km et 250D+, plus des fringues détrempées, des chaussures et gants pleins d’eau, mais, mais (il doit y avoir un avantage à tout chose) les vélos ont été très facile à laver, un simple rincage!

Votre serviteur ayant décidé de passer les deux séances à venir pour cause de vadrouillage de l’autre côté de la terre, il passe la main pour les séances à venir!