La météo s’annonçait à peu près clémente alors malgré la saison hivernale, il y avait huit présents : Béatrice, Jean-Michel, Sébastien, Philippe P., Vincent, Martine, Quentin et Jean-Baptiste.

Comme le terrain n’est pas propice à grimper, etc, il a été décidé de faire du «plat» en tentant le tour de Rambouillet. On a donc tenté en prenant par le Saint-Benoît. Pendant que l’on pédalait dans la boue, Quentin nous a raconté ses aventures au Cambodge dont il est revenu enchanté.

Afin de nous économiser un peu les pattes, car ça collait sévèrement, on a pris par les chemins semi-carrossable pour rejoindre l’Étang d’Or lequel débordait vraiment beaucoup! Il faut dire qu’il pleut depuis pas mal de temps maintenant! On a pris dans Rambouillet pour rentrer dans le parc, mais l’entrée principale n’était pas encore ouverte on en a profité pour rendre visite à la crèche, et on ne dira pas qui est l’âne :

Le temps de faire le tour par le Lycée et les entrées étaient ouvertes nous sommes donc entrés pour prendre vers la Bergerie et ressortir en direction de Gazeran puis faire le tour du parc par l’extérieur. C’était bien bien boueux et la progression n’a pas été des plus rapides. C’est à partir de là que Philippe qui manque un poil d’entraînement ces derniers temps à montré ses premiers signes de faiblesse. Une fois arrivés au champ de tir nous sommes remontés par l’Étang de la Grenouillère, qui commence à se remplir puisque les travaux entamés il y a plus d’un an sont terminés. Nous avons pris par l’Étang de la Tour pour ensuite recouper par la route cyclable du coin du bois. Là Philippe, Martine et Béatrice ont décidé de rentrer par la route, tandis que le reste de la troupe a pris par le Grand Veneur puis le Robert Joly afin de redescendre sur le carrefour Scariberge où Vincent nous a quitté pour rentrer sur Rochefort (cette fois sain et sauf). Les 4 derniers ont fait le grand classique du retour par le Pendu et la butte Ravanne. C’est là que Sébastien a faibli. Il faut dire qu’on avait quasiment 50km/380D+ au compteur! Pour une sortie hivernale boueuse, c’est pas mal du tout! Pour Vincent, une telle longueur était, je crois, une première et il m’a semblé qu’il en avait aussi plein les pattes.