Je ne sais pas si c’est la présence du président qui nous a rendu visite sans même pouvoir pédaler, mais nous avons été motivés Lionel et moi pour faire une dernière belle ballade. La météo annonçait grand beau temps y compris sur les hauteurs, alors hop lever à l’aube pour monter jusqu’à Coucouron pour aller tourner jusqu’au lac d’Issarlès. Le départ étant à 1100m, il faisait un peu frais, mais les premières montées suffirent à nous réchauffer et nous n’avons pas eu à nous plaindre ni du froid ni de la chaleur. Les paysages étaient très différents de l’Ardèche «du bas», bon il est vrai que c’est la moyenne montagne.

En tous cas, c’était encore une fois magnifique : des tas de forêts de sapins et pins, des chênes, des rus, des cascades, des ponts, etc.

C’était moins désert qu’à la dent de Rez et il y avait toujours ici et là au détour d’un chemin perdu une bicoque ou deux. Enfin, quand on dit bicoque, ce sont généralement de belles bâtisses massives en pierres. On a croisé pas mal de pâtures avec vaches à l’intérieur, et même quelques brebis, ou encore des chiens qui faisaient semblant d’être méchants. Avant l’arrivée au lac nous sommes passés sur la Loire encore toute petite à cet endroit puisque le Mont Gerbier de Jonc n’est qu’à quelques encablures.

La Loire

Le lac d’Issarlès est tout rond, sans doute un ancien cratère rempli d’eau et qui semble servir de réserve d’eau, puisqu’une station de pompage en extrait de l’eau pour l’amener on ne sait où. La moitié du lac est une plage de sable très jolie et vide en cette saison.

On en a fait le tour puis sommes repartis pour finir. Là, j’avoue que mes papattes m’ont nettement fait comprendre que c’était beaucoup; la progression jusqu’à la fin a été très variable me concernant; même si Lionel aussi lâché l’affaire par moments. Il faut dire qu’il nous restait 12km et plus de 600m à grimper. On les a sentis passer. Mais ça valait le coup car sur les hauteurs il y avait encore de endroits incroyables.

Le futur siège de VTT-StAr

En vérité, je n’étais pas aussi fier tout le temps, mais c’était la fin

Au final 41km et 1200D+. Au final du soir, sans doute un bon restaurant à Lagorce; impatients nous sommes (M. Yoda – gardien de chèvres en Ardèche).

Au fait, si vous avez envie de passer par-là, nous vous conseillons d’essayer le Camping «Le Plan d’Eau» à Saint-Privat. L’équipe d’accueil est du tonnerre! Très sympathiques, toujours serviables, souriants, un mot gentil pour l’un ou l’autre… Merci à eux!