Aujourd’hui il était prévu que le temps soit clément et pas trop chaud, nous nous sommes alors lancé comme défi de grimper sur la dent de Rez au départ de Lagorce. La première partie du parcours a consisté à remonter le lit d’un rivière asséchée. C’était assez fun même si beaucoup de passages étaient délicats.

La rivière Salastre (enfin là où elle passe parfois)

La suite a consisté à monter une première fois par des chemins assez caillouteux au détour desquels on a pu profité du magnifique pont de pierre naturel, sur lequel Merckx a grimpé.

Eddy fait le malin sur le pont de pierre

La seconde montée était déjà plus conséquente qui nous a fait basculer lors de la descente dans une vallée déserte. Il faut dire que le parcours ne traverse quasiment que des forêts vides d’êtres humains. C’est assez impressionnant à constater : rien à perte de vue.

Seules de braves vaches paissent tranquillement ici et là et que nous avons croisées tout au long de notre périple. La remontée de l’autre côté était le clou de la journée : 7km de montée ininterrompue pour atteindre le sommet à 720m, donc environ 600D+ d’un seul coup sans pause! Certains passages étaient vraiment très violents en particulier au début avec des raidillons à 20%. Merckx a grimpé comme un cabri sauvage. Poulidor a traîné son poids et son âge comme il a pu. Poupou avoue avoir poussé à certains endroits, mais ce n’était pas forcément une bonne idée car l’énergie dépensée sur les poussettes est très importante sur ce genre de pente. Les deux derniers tiers étaient plus faciles car moins empierrés et plus uniformes dans la pente. À l’arrivée au sommet, Merckx était bien sec à attendre Poulidor détrempé de sueur! La dent de Rez se mérite car la vue de là-haut est époustouflante, on a vue sur la vallée du Rhône et au loin les contreforts du Vercors.

Eddy et Raymond

Leurs vélos

Ensuite, il a fallu redescendre! Heureusement que nous avions respecté le sens du parcours car la descente était pire que la montée pour ce qui est du terrain. Les deux champions sont passés à la lessiveuse! Les bras de Poulidor tétanisaient par moment. Merckx a fait une chute dans un pierrier en tentant une manœuvre. Puis la parcours a terminé par un tour dans les vignes et la traversée de petits coins tranquilles et habités. Il a aussi fallu nous réhydrater.

Au total : 33km et 1260D+, une rando du tonnerre!