« Nous partîmes à quatre, mais par un prompt renfort,
Nous nous vîmes sept en arrivant à bon port
Tant, à nous voir pédaler sous l’orage,
Les plus épouvantés reprenaient de courage ! »
Don Rodrigue dans Le Cid (sur son VTT à la Polaire de Dourdan)

Organisation à géométrie variable pour cette édition Polaire :
5 lève-très-tôt : Martine, Stéphane, Ludovic, Lionel et Hélène B ont pris le chemin de Dourdan à 7h30. A 7h30, il fait nuit et nous avons été illuminés par Martine et sa frontale. NB : Si d’autres sorties matinales sont à prévoir, il faudra impérativement mieux s’éclairer et ce n’est pas notre correspondant sécurité qui dira le contraire. La pluie s’est invitée sur ce trajet, aussi nous sommes arrivés au départ de la Polaire déjà trempés et transis de froid.
Nous avons retrouvé Hélène K. ainsi que Christine. Le groupe s’est alors scindé en deux :
Les fous furieux (Martine, Lionel, Ludovic) sur un 45km astucieusement raccourci pour rentrer direct à la maison sans passer par le ravito final d’arrivée à Dourdan (qui offrait pourtant quelques hot-dogs fumants).
Les prudents (Hélène K., Christine, Stéphane, Hélène B.), sur le 25km avec retour en voiture à St-Arnoult.
Globalement : c’était boueux, glissant et humide. Nous avons quand même pu profiter de quelques jolis singles en sous-bois.

Voici les faits marquants (du groupe des Prudents) :

  • Hélène K a terminé sa première rando, hourra et félicitations !
  • Christine a failli être écrabouillée par un grand VTTiste qui arrivait à toute berzingue dans un chemin-toboggan-à-boue
  • Stéphane a démêlé avec brio la chaîne du vélo d’Hélène B qui s’était coincée dans une situation improbable
  • Hélène B a beaucoup patiné (mais pas très artistiquement)